Anti-puces pour chat : quels sont les traitements adaptés ?

Nombreux sont les propriétaires de chats régulièrement confrontés à des problèmes de puces chez leur animal. Heureusement, de nombreuses solutions sont désormais disponibles non seulement pour débarrasser votre chat des puces mais aussi pour prévenir leur apparition. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire qui saura vous orienter.

 

Les puces chez le chat

Les puces font partie des parasites externes du chat, également appelés ectoparasites. Il s’agit d’un insecte dit piqueur qui mesure entre 1 et 7 mm de long. Les puces que l’on retrouve le plus fréquemment chez le chat sont appelées Ctenocephalides felis. Cette espèce peut se retrouver également chez le chien et l’humain. Il est très important d’avoir en tête qu’à l’extérieur des foyers ces puces peuvent se rencontrer toute l’année sauf en hiver alors qu’il est possible d’en retrouver toute l’année au sein des foyers chauffés car les conditions sont favorables à leur prolifération.

Les puces adultes vivent au sein du pelage du chat et se nourrissent de son sang. Elles vont ainsi le piquer pour prendre leur repas sanguin. Après un accouplement, les puces femelles vont pondre des œufs qui vont tomber du pelage pour se retrouver dans l’environnement et plus particulièrement dans les endroits où dorment les chats (paniers, lits…). Ces œufs vont par la suite éclore pour donner une larve qui va tisser un cocon au sein duquel elle évoluera en nymphe. Puis, les nymphes vont donner des puces adultes qui sortiront de leur cocon dès lors que des signaux externes sont présents (chaleur, humidité et présence d’animaux) avant d’aller se loger dans le pelage d’un chat. Ainsi, les puces adultes peuvent rester jusqu’à plusieurs mois au sein de leurs cocons si les signaux ne sont pas présents pour qu’elles sortent. En revanche, lorsque toutes les conditions sont optimales, un cycle peut être effectué en 2 semaines.

Il est très important d’avoir ces éléments en tête car un traitement peut s’avérer inefficace si on ne lutte pas contre les bons stades de développement des puces présentes au sein d’un foyer.

traitement anti puce pour chat

 

Quand mettre de l’anti-puces à un chat ?

La mise en place d’un traitement anti-puces va dépendre de plusieurs facteurs. Ainsi, il est important de distinguer les 2 types de traitements suivants :

  • Traitement curatif : il s’agit d’un traitement qui est mis en place dès lors que des puces sont présentes chez votre chat, on appelle cela une pulicose. Plusieurs signes d’appel peuvent vous faire penser à une infestation par des puces mais il est important d’avoir en tête que les chats peuvent ne pas présenter de signes. Ainsi, il est possible que votre chat se gratte fréquemment, on appelle cela le prurit. Il est également possible d’observer des lésions de sa peau consécutives à ces démangeaisons et aux grattages répétés. Vous pouvez aussi voir directement à l’œil nu des puces adultes au sein du pelage de votre chat. Enfin, les déjections des puces adultes sont également observables. Il s’agit de petits points noirs assimilables à du marc de café. Il est possible de récolter ces excréments avec un peigne fin passé sur le pelage de votre chat. Lorsqu’on mélange ces petits points avec une goutte d’eau sur du papier absorbant, une teinte rouge apparaît, il s’agit de sang digéré. Cela signifie que des puces adultes sont présentes sur votre chat ;
  • Traitement préventif : il s’agit cette fois-ci d’un traitement qui, comme son nom l’indique, est mis en place de manière régulière afin d’éviter l’apparition de puces chez votre chat et au sein de votre foyer. Un tel traitement administré en prévention va conférer une protection à votre chat qui empêchera ainsi les puces de s’installer dans son pelage.

Outre le fait que les puces puissent être un inconvénient pour votre foyer, elles peuvent également nuire au bien-être et à la santé de votre chat. En effet, les piqûres de puces sont douloureuses pour votre animal de compagnie. Les lésions dermatologiques qui peuvent s’en suivre sont également une source de douleur. Enfin, il est important d’avoir en tête que les puces, en piquant votre chat, peuvent lui transmettre des parasites responsables de maladies pouvant être graves, comme la transmission d’un ver appelé Dipylidium caninum par exemple. Il est donc nécessaire de contacter votre vétérinaire dès lors que vous avez un doute sur une infestation éventuelle de puces chez votre chat afin de mettre en place un traitement le plus rapidement possible.

 

Quel est le meilleur traitement anti-puces ?

Le meilleur traitement anti-puces pour votre chat va dépendre de plusieurs facteurs (mode de vie de votre chat, âge, présence d’autres animaux…). Comme nous venons de le voir précédemment, il va dépendre de la situation actuelle c’est-à-dire si votre chat est infesté par des puces ou non. Ainsi, qu’il s’agisse d’un traitement préventif ou bien curatif, de nombreuses molécules sont présentes sur le marché à des durées d’action également très variables. De plus, un traitement anti-puces peut se présenter sous diverses formes (comprimé, pipette, spray, collier…). Enfin, le traitement adéquat dépendra également de la présence ou non d’une allergie. En effet, certains chats peuvent être allergiques aux piqures de puces et un traitement régulier devra être discuté avec votre vétérinaire.

Dans tous les cas, le choix d’un traitement contre les puces mais aussi de sa fréquence doit se faire avec votre vétérinaire qui saura vous conseiller au mieux selon ces différents critères. Comme plusieurs stades de développement de la puce se déroulent dans l’environnement, et donc potentiellement au sein de votre foyer, un traitement de votre logement en parallèle peut être envisageable. Votre vétérinaire pourra également vous conseiller sur ce point.

Enfin, il est particulièrement important d’avoir en tête qu’il ne faut surtout pas utiliser des anti-puces destinés aux chiens sur les chats. Certaines molécules utilisables chez les chiens peuvent en effet être toxiques voire mortelles chez les chats. Au moindre doute et à la moindre question, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire.

 

Source : Recommandations ESCCAP (European Scientific Counsel Companion Animal Parasites), disponibles sur : https://www.esccap.fr/ 

Laisser un commentaire